Fondateur et Président d’Isly Holding est ce qu’on appelle un homme d’affaires nationaliste et avéré. Lors de son point de presse au CIC, où il venait d’annoncer son association avec le laboratoire français Ipsen, M.Boudiaf a bien voulu révéler en toute transparence, le contenu de sa discussion avec le président français à l’occasion du déjeuner à l’Ambassade de France. Il précisa à ce propos : « le président Macron a voulu surtout écouter comment nous avons pu sortir ce projet sous l’égide de la loi 51/49. Après mon explication , il a souhaité faire de cette société mixte un exemple de réussite afin de multiplier ce genre de réalisation franco-algérienne. »
M.Boudiaf a précisé que c’était le seul privé à signer un contrat avec une société privée française lors du Comité Intergouvernemental de Haut Niveau France – Algérie (CIHN) du 7 décembre, ce qui était déjà un challenge, car les privés ne s’aventurent jamais dans des domaines risqués tels que le transfert de technologie de pointe dans le médicament.

Lyes Boudiaf est ce qu’on appelle dans le monde des affaires, un winner ! Aucun lien de parenté avec l’ex-ministre de la santé Abdelmalek Boudiaf. Il l’avait bien démentie l’information donnée par Liberté, qui l’avait cité dans l’affaire des comptes de HSBC.

Comme les Hamoud Boualem, les Mehri, ou les Kouninef, Lyes Boudiaf fait partie d’une famille d’hommes d’affaires algériens très discrets et intègres. Il y a 20 ans, il a fait ses armes dans la société Servunic, créée par son père, Mohamed Boudiaf, (plus connu dans le monde médical sous le surnom de Hamoudi), qui était spécialisée dans l’importation de produits pharmaceutiques.  C’est d’ailleurs avec émotion qu’il salua la présence de son père à la conférence de presse, venu assister à la réussite de son fils, lors du lancement de son association avec Ipsen.

Après avoir dissout l’entreprise familiale en 2007, Lyes Boudiaf a créé une entreprise de production de lait et de produits laitiers, Lactis laiterie, et un cabinet de conseil dans l’industrie et l’énergie, Parted, constitué en mai 2016. Toujours là où on ne l’attend pas, en 2010 il crée Partex Algeria Oil & Gas, une entreprise spécialisée dans l’installation, la réparation et la maintenance de tout équipement ou exploitation fonctionnant au gaz en consortium avec SonatrachTotal pour l’exploitation du champ gazier d’Ahnet. Les activités de l’entreprise ont été élargies en avril 2012 aux « forages pétroliers, études et engineering liés aux hydrocarbures, extraction d’hydrocarbures liquides et gazeux, analyses liées aux hydrocarbures, raffinage du pétrole et autres services pétroliers ». Une nouvelle aventure l’attend, le médicament.